-  +
Areva au Niger: interview d'Almoustapha Alhacen

C'est à cet homme et à l'association AGHIR IN MAN dont il est président que l'on doit la dénonciation des pratiques des deux filiales d'Areva au Niger.

Rappelons qu'Areva a reçu cette année deux prix décernés par le Public Eye Award  (la manifestation qui décerne des prix aux pires entreprises sur les plans sociaux et environnementaux) pour son implication dans la contamination des sols de l'eau et de l'air des sites d'extraction d'uranium au Niger.

Almoustapha Alhacen assistera à la projection du film "Arlit deuxième Paris" le mardi 5 février à 20h15 à la maison des associations, rue des Savoises 15 à Genève et le mercredi 6 février au cinéma le Bellevaux à Lausanne à 18h30 et 20h.

NiceFuture : Almoustapha Alhacen, Areva exploite les ressources du sous-sol Nigérien depuis 40 ans et vous depuis combien de temps tentez-vous d'alerter les médias ?
Almoustapha Alhacen : Cela a commencé en 2000 suite à la mort de plusieurs mineurs et à l'augmentation des cas de maladies comme le diabète et l'hypertension.
La raréfaction du bois de chauffe dans les environs a également provoqué des interrogations. Nous devions avant parcourir 10 kilomètres pour en trouver et maintenant environ 350 kilomètres.

NF : Vous avez dit dans une autre interview qu'en 1986 il y avait eu "une timide sensibilisation". Sous quelle forme ?
AA : La projection de film sur les capacités de la radioactivité et la recommandation de se laver les mains avant le repas mais rien sur les mesures à prendre pour rester en bonne santé.

NF : Areva a revu le prix d'achat de l'uranium à la hausse, il est passé de 42 euros le kg en 2006 à  61 euros le kg en 2007 au lieu de 80 sur le marché. Pour quelle raison ces tarifs préférentiels ?
AA : Nous n'avons pu que très récemment accéder aux informations sur les prix du marché mais par le passé l'information passait qu'Areva achetait l'uranium en dessus du prix spot.

NF : Le développement durable au cœur de la stratégie d'Areva, vous en pensez quoi ? Ils ont construit un hôpital qui effectue 200'000 actes médicaux et 5'000 actes chirurgicaux par an et un accès à l'eau a été offert ?
AA : D'après les rapports de la CRIIRAD et du laboratoire Alghad, l'eau est contaminée et, pour l'hôpital, il n'est pas équipé pour traiter les problèmes de radiations.
Il faut noter aussi qu'ils ne reconnaissent pas la moindre maladie professionnelle.

NF : Que désirez-vous maintenant ?
AA : Nous ne souhaitons pas qu'Areva quitte le pays mais qu'elle prenne ses responsabilités en se mettant aux normes nationales et internationales.

NF : Vous sentez-vous menacé dans votre pays ?
AA : Non, j'ai été mis à pied durant quatre jours, mais rien de plus.

Propos recueillis le 1er février à Genève par Eric Cabanes

[05/02/2008]

Liens externes
Le site d'AREVA Niger
Médecins du monde : rapports Sherpa et CRIIRAD.
Le site de Public Eye Award : Hall of Shame
Articles liés
Public eye award 2008 - Les résultats!


  ENVOYER A UN AMI
 VOTRE AVIS SUR CET ARTICLE :    bof   ça va   bien   génial   >>>>  

© Association NiceFuture - Tous droits de reproduction et de diffusion réservés  |  Design & Content Management System:  bleu-vert communication www.NiceFuture.com  |  www.BoutikEtik.ch  |  www.angesgardiens.ch  |  www.festivaldelaterre.ch  |  www.ethicalfashiondays.ch